Lire c’est partir

//Lire c’est partir

Lire c’est partir

Livres pour enfants à moins d'1 € !

A partir de son envie personnelle de permettre à tout le monde de lire et d’y trouver plaisir, Vincent Safrat a créé l’association Lire c’est partir, qui vend des livres à moins d’un euro !
Lire c est partir logo“Je ne supportais pas que les éditeurs envoient leurs invendus au pilon, alors bénévolement j’ai décidé de récupérer ces milliers de livres, et je les ai distribués en porte-à-porte dans les cités, les bibliothèques de quartiers, chez les gardiens d’immeuble… Et j’ai bien vu que les enfants, jusqu’à 10 ans, lisent tout de suite les livres qu’on leur donne. Certains ne voient les livres qu’à l’école…”

Vincent Safrat, comment vous est venue l’idée de « faire des livres » ?

Je crois que les éditeurs ont envie de vendre des livres, mais ils n’ont pas vraiment envie que les gens découvrent la lecture. Et puis des enseignants sont venus me dire qu’ils auraient voulu acheter des livres pour les enfants, mais qu’ils n’en avaient pas les moyens.

J’ai donc décidé de faire des livres moi-même et de les vendre à prix coûtant.

A la sortie d’imprimerie, écriture et illustration comprises, un album de 32 pages, ou un livre de poche d’une centaine de pages, coûte 30 centimes pièce à partir du moment où on tire chaque titre à 50 000 exemplaires, ce qui est énorme, c’est vrai !

Moi, je les vends 80 centimes et je tiens à rester en dessous d’un euro !

Lire c est partir©Marie-Lys Hagenmuller (10)

Lire c est partir Vincent Safrat©Marie-Lys Hagenmuller (18)

Vous fonctionnez comme n’importe quelle maison d’édition ? 

Ou presque, oui. Nous avons aujourd’hui 150 titres au catalogue, des albums pour enfants jusqu’à 6-7 ans, des livres de poche à partir de 7 ans.

Ceux qui ont le plus de succès sont ré-imprimés chaque année et nous sortons toutes les nouveautés en septembre, pour en faire la promotion dans tous les départements de France et de Navarre.

Pour ne pas payer de distributeur, je suis allé voir moi-même les inspecteurs d’Académie dans un département, puis un autre. Ils me passent commande et je leur envoie les livres.

Vous êtes toujours bénévole aujourd’hui ?

Non, parce que, à 80 centimes l’exemplaire, je fais 10 centimes de marge sur chaque livre et, en 2015, nous en avons vendu 2 millions.

C’est ce qui nous a permis d’acheter le Château de Buno à Gironville-sur-Essonne. Nous y avons installé les bureaux et proposons des hébergements gratuits à des artistes de passage, comme l’auteure Pauline Sauveur.

Nous sommes maintenant 7 personnes à temps plein et 5 ou 6 à temps partiel et nous sommes tous payés 1 800 € net par mois. Lire c’est partir reste et restera une association sans but lucratif, solidaire pour la lecture de tous.

L’argent que nous dégageons de la vente sert, par exemple, à aller dans les DOM TOM où nous vendons les livres au même prix qu’en métropole…

Lire c est partir©Marie-Lys Hagenmuller (5)

Lire c est partir©Marie-Lys Hagenmuller (9)Lire c’est partir :

retrouvez les collections, commandez des livres…

Contact : www.lirecestpartir.fr

2020-03-30T14:11:03+00:00
X
- Entrez votre position -
- or -