Le Conseil départemental de l’Essonne finance le Parc naturel régional du Gâtinais.

CD91

Notre département possède un patrimoine naturel remarquable et varié. Quatre régions naturelles sont présentes en Essonne : le Hurepoix, la Brie, la Beauce et le Gâtinais français. Chacune d’entre elles apporte sa spécificité et son caractère à la richesse de notre territoire.

Une importante diversité

Avec 25 % de son territoire occupé par des milieux naturels, l’Essonne possède une biodiversité particulièrement riche et variée. Des paysages aussi différents que les pelouses calcicoles, les platières, ou les zones humides coexistent. L’Essonne est également remarquable par la présence d’une trame verte (forêts, friches, landes, prairies…) et bleue (rivières, étangs, marais…) qui structure nos paysages.
D’un point de vue géologique, environ 240 hectares de carrières sont présents en Essonne. D’ailleurs, notre département est l’un des berceaux historiques de la géologie en tant que science.
Malheureusement, comme tout territoire fortement urbanisé comme l’est le nord de l’Essonne, le patrimoine naturel subit de multiples pressions. D’où la nécessité de mener une politique active de préservation car certaines richesses naturelles sont très fragilisées…

Le Conseil départemental dispose de compétences obligatoires fixées par les différentes lois de décentralisation.

Les compétences du Conseil départemental sont directement liées aux deux actes fondateurs de la décentralisation. Il exerce en premier lieu celles qui lui ont été confiées par les lois de 1982 et 1983 constituant le premier acte de la décentralisation.
Celles-ci organisent la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’Etat. Le Conseil départemental devient meneur en matière de politiques sociales et de gestion des infrastructures de proximité. Parallèlement, la législation confie le pouvoir exécutif départemental au Président du Conseil départemental.

Le deuxième acte de la décentralisation (lois entre 2002 et 2004) renforce les compétences des départements et les rend financièrement autonome. A partir de 2005, le Conseil départemental est devenu responsable du RMI (remplacé depuis par le RSA), de la voierie nationale et du recrutement et de la gestion des personnels non enseignants des collèges.

Directement ou en partenariat avec les autres collectivités ou l’Etat, le Conseil départemental intervient donc dans de nombreux aspects de la vie quotidienne. Il assure des missions spécifiques telles que :

  1. L’action sociale en faveur des personnes âgées, des personnes handicapées (avec la création de la Maison du handicap et d’une nouvelle allocation, la prestation de compensation du handicap conformément à  la loi du 11 février 2005 relative à  l’égalité des droits et des chances), de l’enfance et de la famille et des personnes en difficulté. Le département se voit attribuer depuis la loi du 13 août 2004 un rôle de “chef de file” en la matière. Il a notamment à  sa charge l’ensemble des prestations d’aide sociale ;
  2. La voirie : construction et entretien des routes départementales. En application de la loi du 13 août 2004, certaines parties des routes nationales (240 km) sont transférées au département depuis le 1er janvier 2006 ;
  3. L’éducation : la construction, l’entretien et le fonctionnement des collèges publics mais également, depuis 2004, l’accueil, la restauration, l’hébergement ainsi que l’entretien général et technique dans ces collèges. A ces missions s’ajoutera celle du recrutement et de la gestion des personnels techniciens, ouvriers et de service (TOS) exerçant leurs fonctions dans les collèges ;
  4. La participation quasi exclusive au financement du service départemental d’incendie et de secours (pompiers);
  5. L’aide au développement économique ;
  6. La gestion des musées départementaux, de la bibliothèque départementale, et celle des archives départementales(conjointement avec l’Etat) ;
  7. La gestion des espaces naturels sensibles.

En savoir plus :

www.essonne.fr